Bédoul-liens

Échanger, Participer, Vivre ensemble à Roquefort La Bédoule

Actualités, Chronique d'une certaine inaction, Municipales 2020

Le sirop du maire

Au cours d’une de ces manifestations convenues qui émaillent les débuts d’année, le maire de Roquefort la Bédoule a prononcé le dimanche 12 janvier ses vœux pour l’année 2020.

Crédit Cyril BOSSELUT

Précédés d’un spectacle de l’école de danse inspiré des fameux « musicals » de Broadway (New-York) aux sonorités vives et dynamiques et d’une courte introduction par l’un des futurs colistiers du futur candidat ORGEAS, ces vœux ont surtout visé à faire l’apologie du travail de l’équipe en place pendant l’année 2019.


En fin d’allocution une indignation, bien intempestive, contre les supposés « râleurs » de la commune semblait surtout destinée à éviter les multiples questions que le maire s’est abstenu de traiter.


Pourquoi a-t-il fallu attendre fin 2019 pour découvrir la présence d’eaux souterraines menaçant la viabilité du projet, au carrefour des 4 chemins, en gestation depuis plus de 15 ans ?

Pourra-t-on se satisfaire de micropieux ou faudra-t-il recourir à de véritables pieux pour assurer les fondations de l’ouvrage ?

Quelles seront les garanties pour les deux niveaux de sous-sol avec de telles technologies ?

De combien sera le surcoût qu’entraînera la mise en œuvre des ces solutions ?

Qui paiera ?

Quelles sont les garanties pour les riverains quand on sait la somme de vibrations qu’entraînent ces deux technologies ?

Plus généralement peut-on faire confiance à une équipe municipale qui n’a pas su anticiper les difficultés pendant les nombreuses années d’immobilisme ?


Est-il exact que les travaux sont stoppés dans la Maison du Bel Âge pour cause de manque de fonds financiers ?

Est-il vrai que le budget prévu par le Département pour créer la Maison du Bel Âge est d’ores et déjà dépassé ?

Si c’est le cas quand est-ce que le Département pourra voter les montants complémentaires pour poursuivre le projet ?

Quel sera l’impact sur le retard considérable pris par le projet ?

Plus généralement peut-on faire confiance à une équipe municipale qui n’a pas voulu anticiper les difficultés ?


Quels sont les autres dissimulations que cachait la subite indignation du maire ?

Est-il exact que pour éviter les questions et surtout devoir y répondre, le maire envisagerait de ne plus convoquer le conseil municipal avant les élections ?

Plus généralement peut-on faire croire qu’il suffit de prendre la pose une fois tous les six ans pour masquer des années d’immobilisme ?

Crédit
J. Orgeas
  1. Avatar

    Cyril BOSSELUT

    Merci Jean-Nicolas pour le crédit sous ma photo 🙂

  2. Avatar

    Cyril BOSSELUT

    D’après l’article L2121-7 le conseil municipal se réunit au moins une fois par trimestre et qu’en cas de renouvellement, un conseil doit de tenir au plus tôt le vendredi et au plus tard le dimanche suivant le scrutin, ce qui donne un conseil entre le 27 et le 29 mars. Du coup, légalement, il peut être de justesse dans les clous mais moralement.www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000024040149&cidTexte=LEGITEXT000006070633&dateTexte=20140221

  3. Yoda_2019

    Yoda_2019

    Le plus cocasse c’est que ce bonimenteur professionnel nous a gratifié de 365 jours de bonheur.
    Même les années bissextiles il faut qu’il carotte !

  4. Avatar

    BRUNO

    Merci Monsieur Bécue,
    Votre article est factuel, précis et mesuré.
    Les conclusions coulent de source.

  5. Avatar

    Kati Lro

    Quand on pense à ce qu’on aurait pu faire dans cet espace libéré de vétustes bâtiments.! Un autre projet émanant des élus » ràleurs » aurait permis de répondre aux attentes d’une majorité de citoyens : un détournement de la circulation, un centre ville arboré animé des terrasses de café etc.. Mais ils n’ont pas été entendus. Quel manque d’imagination et d’ambition de la part de nos élus .

Laisser un commentaire

Theme by Anders Norén