Bédoul-liens

Échanger, Participer, Vivre ensemble à Roquefort La Bédoule

Actualités, Conseil municipal, Municipales 2020

Mention « Très Médiocre » !

Désolant ! Lamentable ! Pitoyable ! Les qualificatifs qui conviendraient à cette dernière séance du Conseil Municipal ne manqueront pas.

Si le Maire a clairement montré à quel point il était dépassé par sa fonction, les opposants nous ont aussi laissé sur notre faim.

Campons le décor :
Un conseil municipal au complet. Même la redoutée chef de cabinet du maire d’Aubagne avait fait le trajet.
Moins d’une vingtaine de participants dans le public, il faut dire que l’agencement de la salle du Conseil ressemble tellement à un piège. Une fois entré on ne peut que difficilement sortir.
Beaucoup de piliers du régime. Ceux qui redouteraient en cas d’alternance que leurs prébendes soient menacées.
Quelques futurs candidats, déclarés ou non déclarés.
L’éminence grise, ou noire, c’est selon.
La Presse, un photographe et une journaliste.

Le débat est vite lancé par Alain TARRINI qui avec près de 25 ans de mandats connait bien son métier.

A l’ordre du jour de ce soir pas moins de 25 décisions du Maire que celui-ci présente comme une « information » qu’il a la gentillesse de communiquer au Conseil.

Le hic, selon Alain TARRINI, c’est que cette communication est obligatoire et qu’il y relève des choix bien plus importants pour la Commune que d’autres qui font l’objet des 12 délibérations soumises ce soir au Conseil.

M. BECUE, du groupe « Ensemble pour notre Avenir » renchérit : « c’est un déni de démocratie, surtout quand certaines des décisions ont été prises avant la séance précédente.
La Loi ne donne que 2 mois pour contester une décision. En renvoyant à la séance suivante, le délai est dépassé et le Maire se met à l’abri des recours !

La défense du Maire est éloquente :
« jusqu’ici je ne communiquais pas ces décisions, vous pouvez vous réjouir de ce progrès ! »

Le retour des deux « ténors » de l’opposition ne se fait pas attendre. Sûrement, s’ils n’avaient pas craints de paraître pédants, auraient-ils cité l’axiome romain

Nemo auditur propriam turpitudinem allegans

Mais le Maire, non qu’il est cure de son immoralité, mais plutôt qu’il chancelle devant des attaques aussi construites, reste coi.

Son adjointe à la communication, vole à son secours :
Vous avez voté en début de mandat des délégations au Maire. Aujourd’hui il ne vous doit plus rien. Et d’ailleurs la meilleure preuve qu’il a bien fait c’est que le Préfet n’a pas réagi devant ces décisions.

Elle eut sans doute été mieux inspirée de se taire.
Les opposants lui font remarquer que si elle était plus assidue elle saurait que les délégations ont été votées en 2018.
Quant à l’absence de réaction du Préfet ce n’est sûrement pas une bonne excuse quand on sait que pas moins de 8 décisions ont été remplacées par le Maire parce qu’elles étaient notoirement erronées.
Une pierre dans le jardin de Delphine MANSION !

Le Maire ajoute à sa propre confusion en expliquant pourquoi les Conseillers trouvent en début de séance 9 décisions datées du 26 novembre qui viennent remplacer les 9 décisions datées d’octobre qui leur avaient été communiquées.
Il explique que les textes initiaux étaient des « documents de travail » transmis par erreur aux Conseillers, par les services.
Le ridicule ne tue pas.
Le Maire n’explique donc pas comment on peut qualifier de « documents de travail » des textes qu’il a signé et qui ont été transmis en Préfecture.

Pour que nos lecteurs ne meurent pas idiots ils trouveront ci-dessous la décision n°
DEC_77_2019 en date du 22 octobre 2019.
Nos lecteurs verront qu’en fait de document de travail le Maire :
– avait signé ce document (rare pour un document de travail !),
– lui avait conféré une valeur exécutoire (rare pour … !),
– l’avait certifié conforme (toujours aussi rare pour …),
– l’avait transmis en Préfecture (rare pour un … !),
– a omis d’y faire figurer un article 2 bien qu’il y ait des articles 3,4,5,6,
– a décidé d’approuver un marché de NETTOYAGE au bénéfice d’une MENUISERIE

Que nos lecteurs sachent que cela était très similaire pour chacune des décisions modifiées.
Le Maire n’a pas davantage cure que 6 de ces 9 décisions aient désormais été prises après leur date d’effet !

Il semble que c’est illégal et que les bénéficiaires de ces décisions soient exposés à ce que les actions qu’ils auront engagées puissent être contestées.

Le Maire n’a pas davantage expliqué comment il pouvait prendre des décisions engageant l’année 2020 alors que le Débat d’orientation budgétaire n’a pas eu lieu et que le Budget n’a pas été voté.

Les Oppositions ont réclamé une transparence et la mise en place de commissions.

Les 11 délibérations qui ont suivi sont passées sans beaucoup de difficultés.
Nous avons relevé une question sur des permis de construire accordés par le Maire et refusés par la Préfecture. Le Maire semblait gêné par la question.

Ce que nous reprochons aux conseillers d’opposition c’est d’avoir laissé opérer ces tours de passe-passe. N’y aurait-il pas au moins eu matière à demander des comptes à la Préfecture ?

En résumé une séance du Conseil à l’image de la morne gestion de l’équipe en place depuis de nombreuses années.
Un maire n’ayant manifestement pas travaillé ses dossiers, s’appuyant sur des Agents laissés sans contrôle,
Un maire affaibli par le manque d’implication de son équipe dont on sait que plus de la moitié ne le suivront pas dans une prochaine candidature,
Un maire ayant explicitement indiqué que la candidate « Rassemblement National » et Conseiller Régional était susceptible de le remplacer à plus ou moins long terme,
Un maire pris au piège de son manque de travail, d’idées et de conviction, plus occupé à rattraper les conséquences de son impéritie qu’à agir.

Une opposition qui monte en puissance mais dont on peut se demander si elle sera capable de nous offrir une alternative solide pour le bien du Village.

  1. Avatar

    Alain Tarrini

    Merci du compliment sur le fait que je « connais mon métier », même si ce n’est pas un métier puisque, depuis 20 ans ( pas 25 ), je n’ai pas touché 1 centime pour cet investissement constant au Conseil!
    Mais c’est en contradiction avec votre conclusion: je me sens, avec mes amis, tout-à-fait capable d’offrir une alternative crédible, avec d’autres, bien-sûr et nous sommes en train de travailler sur un programme citoyen qui, j’en suis persuadé, le démontrera.
    Par contre, ce qui a été démontré hier c’est l’incurie, le manque de sérieux de cette majorité, particulièrement le maire, pour gérer les affaires de la commune.
    Le tout agrémenté d’une bonne dose d’arrogance!

  2. Avatar

    Alain Tarrini

    Et, j’oubliais: nous allons questionner la préfecture sur ces décisions du maire passées au contrôle de légalité, alors même qu’elles comportaient un grand nombre d’erreurs et d’approximations!
    De même que, avec JN Becue, mon groupe a attaqué au Tribunal Administratif les délibérations concernant l’ancienne poste.

  3. Avatar

    Alain Tarrini

    Oups! Je ne vois pas le temps passer! C’est bien 25 ans de mandat!

  4. Avatar

    Thomas Delvecchio

    Article très intéressant! Cette majorité municipale semble bien peu compétente!
    Par contre, je ne suis pas d’accord avec votre dernière phrase.
    Je trouve, au contraire, qu’Alain TARRINI et Jean-Nicolas BECUE, avec leurs groupes, ont montré qu’ils étaient sérieux, impliqués dans leur mandat et susceptibles d’offrir une alternative tout-à-fait crédible!

Laisser un commentaire

Theme by Anders Norén