Bédoul-liens

Échanger, Participer, Vivre ensemble à Roquefort La Bédoule

Conseil municipal

Quelle mouche a donc piqué le premier adjoint

Daniel BUSSIERE

Après avoir compté dans les forces vives de M. GIRAUD, le changement de maire avait valu à ce spécialiste des courants faibles et de la signalétique la responsabilité de l’équipement et l’honneur de seconder le nouveau maire.

On le disait sur le départ. Nos politologues locaux expliquaient qu’à bientôt 70 ans cet homme jeune qui, comme M. le Maire, a la chance de ne pas compter un seul cheveu blanc, avait décidé de raccrocher les gants.

Aujourd’hui il se dit au contraire que selon que la nouvelle équipe sera bien armée pour faire face aux enjeux à venir, ou non, Daniel BUSSIERE serait déterminé à briguer un nouveau mandat et on a bien vu lundi soir qu’il était dans l’arène !

Le sujet avait déjà beaucoup mobilisé. En 2017 le Maire avait accroché au fronton de la Mairie une banderole déclarant vouloir sauver La Poste. Plusieurs centaines de Bédoulens avaient alors signé sa pétition.

Fin 2017, valse hésitation, il accepte en toute hâte la proposition du Département et annonce au vœux de janvier qu’il a résolu la quadrature du cercle : plus de services, pas un centime à débourser pour la Commune.
Las, les Bédoulens ne sont guère convaincus et plus de 1.300 d’entre-eux signent une pétition du collectif « Sauvons La Poste » et demande que le Maire n’autorise pas le départ de l’entreprise La Poste.
Il n’en a cure.
Son premier adjoint allume des contre-feux, le Maire communique à grand frais et réaffirme : « Plus de Service Postal – tous les frais pour le Département ».

Les oppositions essaient de l’alerter.
Les bruits en provenance du Département font état d’un trou financier. Jugez : plus de 100 maisons du Bel Âge, ouvertes au moins 5 jours par semaine, avec un minimum de 4 agents départementaux.
Vous avez fait le calcul.
En imaginant un salaire mensuel par agent départemental de 2.500 € (charges comprises) on parle de un million d’euros par mois – 12 millions par an pendant au moins 9 ans – PLUS DE 100 MILLIONS pour le Département.
Sans compter les dépenses d’aménagement de ces lieux dont on peut soupçonner qu’ils sont un tremplin pour la Présidente du Conseil Départemental.

En décembre 2018 le Maire est contraint de retirer un premier projet.
Il promet aux oppositions une rédaction consensuelle.
Il rédige avec elles, en Mars, un nouveau projet de convention qui prévoit des protections minimales pour la Ville.
Il semblerait que le Département ne veuille pas en entendre parler. Il est mis au pied du mur. Son adjoint voudrait faire passer la décision en force dès le vote du budget.

Le Maire aurait souhaité plus de temps. En avril le Département aurait exigé que le dossier avance. Le Maire, conscient qu’il va au clash avec les oppositions, décide de passer en force.

Il aurait pu réussir s’il avait bordé son dossier et surtout s’il avait travaillé en amont.

Malheureusement sa prestation, lundi soir, est indigente. Il ne peut qu’enregistrer l’ensemble des irrégularités relevées par les oppositions. Il est seul face à des opposants qui connaissent le dossier. On lui reproche de faire voter son Conseil sans que les Conseillers soient au fait des conséquences de leur décision. Le principe de l’incompétence négative, celle qui consiste à se défausser d’une responsabilité qui vous incombe, est évoqué.

Une de ses colistières (et néanmoins parente) essaie de voler à son secours en déclarant que peu importe qu’elle ne soit pas au courant des tenants et aboutissants. Elle lui fait confiance et votera sans se poser de question.
La déclaration « godillot » est critiquée par les oppositions.

Le premier adjoint tente lui aussi une diversion.
Il déclare refuser de devoir écouter les arguments d’un opposant.
Devant les commentaires d’un autre il l’accable d’épithètes et noms d’oiseaux puis se formalise d’avoir provoqué une réaction et déclare qu’il ira au Tribunal demander réparation.
Erreurs de jugement M. le Maire-Adjoint ! Celui qui vit par l’épée….

La démocratie vaut qu’on écoute tous les représentants du peuple.
La démocratie vaut qu’on évite d’insulter un autre représentant.

La journaliste n’en croyait pas ses oreilles. Je n’étais pas habituée à cela. Votre Conseil avait une réputation d’être policé !

Hélas ! Une mouche avait piqué le Premier adjoint !

Favoris

3 Comments

  1. Yoda_2019

    Yoda_2019

    Fort l’homme qui n’a pas peur.
    Sage celui qui paraître ne cherche.
    Avisé l’homme qui courtois reste.
    Humain celui qui l’autre respecte.
    Jeune ? celui sans cheveux blancs ?

    • Avatar

      catherine lauro

      Que la courtoisie soit la règle pour tous : c’est tout ce que je souhaite personnellement

  2. Avatar

    Alain Tarrini

    Depuis des mois, nous nous battons pour défendre l’intérêt de nos concitoyens et tous ce que nous répond la majorité municipale c’est que nous faisons de l’obstruction, sans essayer d’entendre le moindre de nos arguments.
    Au dernier conseil, à la place d’écoute, nous avons eu droit à une agressivité extrême qui trahit certainement le doute dans lequel sont le maire et ses colistiers!

Laisser un commentaire

Theme by Anders Norén